• Yannick

Sexisme avec un groupe d'apprentis mécanique-auto : échanges haut en couleurs assurés !


En stage à LADS dans le cadre d’un bac gestion administration, j’ai plongé dans l’univers de l’éducation populaire avec toute l’équipe. L’accueil chaleureux et l’enthousiasme m’ont bien motivé à partager des interventions avec la team LADS ! Quand Gwen m’a proposé de venir intervenir avec elle auprès d'un groupe de mécano en Ardèche, je me suis senti bien partant ! Pendant que l’on préparait les outils pédagogiques pour ce groupe, j’ai eu un retour sur les premières interventions qui avaient déjà eu lieu avec ces jeunes : les échanges avaient été intenses et je comprends que c’est un groupe de mec exclusivement. Le thème du sexisme est retenu pour l’interv’.


J’avoue que quand Maximilien s’est proposé pour venir aussi, je me suis senti plus rassuré sur le fait d’avoir un intervenant de plus. Je me suis dit qu’il serait d’une aide plus efficace à Gwen que moi uniquement.


En amont de la séance, je me suis testé au jeu du "concept-ambassadeur" pour comprendre ce qu’on allait partager avec les jeunes. Après quelques préparatifs, le sac a dos rempli du concept-ambassadeur et de l’analyse publicitaire, on était fin prêt… enfin pour ma part, fin prêt à me poser mille et une question sur comment se déroulerait cette interv’ !


Lundi 9 juillet, retrouvailles à 6H30 à la Guillotière pour le départ : les yeux qui piquent et pas très caféiné, je découvre l’humour matinal de Max et la fin de nuit de Gwen, qui nous a assuré un départ très sympa et rempli de bonne humeur ! De bons échanges sur le trajet masquaient mes interrogations sur le groupe. J’imaginais des mecs de 16-18 ans plutôt bourrins et dans une vision dubitative et non communicative de notre action… Trop tard, nous voilà arrivés et déjà je découvre des ados et la salle d’intervention !


Nous nous installons en cercle et commençons par nous présenter avec nos humeurs du jour. Puis nous lançons un brise-glace : le jeu du Pacman, un jeu de chaises qui me remet en mode « Théâtre » puisque je l’ai pratiqué dans un autre contexte. Effet réussi, la glace se brise et je me retrouve à participer en ne me posant plus de questions sur ce groupe mais à vivant un moment sympa à découvrir Grégory qui n’est pas très réveillé, comme moi, Anthony qui est la grande gueule du groupe, Alexis le bout entrain, Estéban l’introverti qui dégomme en voix off… Et là je me sens à ma place et hyper impatient de commencer à utiliser les outils pédagogiques… Euh les jeux 😊


Le "concept-ambassadeur" donne le ton avec le nom des équipes que les jeunes se choississent : « la team », « les motivés » et « les zgegs ». Je sens que les zgegs sont les meneurs du groupe et les motivés et la team sont plus à graviter autour. Bastien et Estéban sont investis dans le jeu et cassent bien les représentations liées au sexisme. Le debrief du jeu donne lieu à des échanges intéressants et décapants sur la représentation de la femme, des métiers, des relations homme-femme.


Suite à l’analyse des publicités la discussion se réoriente sur le conditionnement de la femme comme « objet », « salope », comme sur la pub d’Orangina qui ne semble pas plus les déranger malgré une analyse objective qui se concrétise quand on leur propose d’inverser les rôles de l’homme et de la « biche » sur l’affiche. La pub pour le parfum Invictus réactive la discussion sur le stéréotype mais de l’homme cette fois, et donne des réactions positives qui font écho aux réactions sur la pub de Dior ou le parallèle se fait avec une femme. Un échange haut en couleur sur ces pubs et sur l’idée d’imposer un modèle de pensée sexiste !


Anthony et Alexis interviennent très souvent et Anthony réaffirme régulièrement son homophobie et le fait de voir des gays partout. Surprenant de contradictions puisqu’il nous parle du foot comme étant un jeu de « pédales » qu’il adore regarder ! Au bout de 2 heures d’intervention et d’une question très bien posée par Max, Anthony nous surprend tous en affirmant que c’est possible qu’il soit un homo refoulé et qu’il l’assumera peut-être dans quelques années.


Les interventions de Gwen et Max sont impressionnantes sur le fait d’impulser le questionnement permanent et d’amener une réflexion largement soutenue et relayée par l’ensemble du groupe. On essaie de ne pas perdre les réactions qui se font en aparté et qui sont très pertinentes. A ce stade, j’ai oublié mes craintes et déconstruit mes préjugés sur ce groupe et j’arrive à m’intégrer a la dynamique de l’action. Je suis comme un poisson dans l’eau et trouve un réel plaisir à échanger avec eux !


Les informations de Max sur les chiffres liés au sujet alimentent bien le débat et la facilité de Gwen à pousser plus loin des raisonnements stéréotypés et à le laisser se déconstruire me confortent que l’éducation populaire me parle sérieusement.


J’ai vraiment aimé ce moment et ces échanges. Parler de l’amitié homme-femme sans relation sexuelle, débattre sur la représentation des femmes « faciles » alors que les hommes sont autant concernés, faire de l’analyse de publicités avec des représentations partagées ou pas, ne pas mettre de filtre dans les échanges… tout cela me montre à quel point ces actions sont importantes. Au final, après une fin de session perturbée par la grande faim de tous, je ressors content et avec une envie de recommencer. Ce groupe m’a fait sortir de mon cadre et de mes préjugés et m’a surtout donné envie de continuer à intervenir sans me demander le pourquoi du comment, simplement de vivre le moment avec eux.


0 vue